• MARIA CLARK
 

Performeuse, artiste visuel. 

Le travail de Maria Clark considère les problématiques du territoire et des frontières; des nations, du corps, de la langue. Il développe les thématiques de la ligne, des inter-zones, du mouvement migratoire; ainsi que celles de l'obstacle, du carcan, de l’immobilité – poussée jusqu’à l’immobilisme.

 

Maria Clark naît en Angleterre et vient très tôt vivre en France. Elle vit et travaille à Paris.

 

Artiste plurielle, formée aux arts visuels et vivants, elle intègre, dans un premier temps comme interprète, des collectifs-danse, compagnies de théâtre, et participe à des travaux d'artistes. 

 

Puis elle développe un travail personnel. Plusieurs textes naissent alors, qui viennent pour certains nourrir ses créations plastiques. Ce sera Anatol (du pays des pierres), un film super 8 expérimental inspiré par la mémoire de l'Arménie ou l'installation vidéo Le Mur d'en face, à propos des murs de séparation entre les territoires, créée à partir de témoignages fictifs et jouant, comme dans plusieurs de ses créations, sur la musicalité des langues. 

 

Utilisant volontiers l'espace public comme terrain d'invention pour ses performances, elle trace des lignes au sol -  entre deux arrondissements à Paris (La Ligne 19), au cœur d'un centre commercial de Tel Aviv (Route 116); ou s'installe immobile dans des espaces/zones limités, en compagnie ou non de sa poupée - une poupée grandeur humaine créée à partir d'elle-même (miss clark & miss clark); une immobilité parfois accentuée par l'utilisation de cordes ou de rubans adhésifs (Activist Bondage I et 2).
Maria Clark est également commissaire indépendante et modèle d'art.

Maria Clark présentera IZ durant le festival "DésordreUrbain"

http://pagesperso-orange.fr/mariaclark/IZ/

 

En savoir plus:

www.mariaclark.net